La RSE comme catalyseur de sens et d’opportunités dans le secteur des Etablissements d'Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD) et des Services de Soins Infirmiers A Domicile (SSIAD)

Le premier trimestre 2014 marque une nouvelle étape dans la prise en compte de la RSE dans le secteur des EHPAD et SSIAD. En effet,  la Fédération Nationale Avenir et Qualité des Personnes Agées (FNAQPA - http://www.fnaqpa.fr) a lancé en lien avec l'Université Claude Bernard (Lyon 1) une enquête nationale dans le cadre du dispositif Add'age (Action développement durable au service du grand âge).

Cette étude réalisée auprès de 4600 EHPAD et SSIAD doit permettre d’une part d'identifier la manière d’anticiper et intégrer au management des EHPAD et des SSIAD, les enjeux d'une démarche de responsabilité sociétale des organisations comme levier de performance et d’autre part de mettre en relief la vision de la responsabilité sociétale des établissements et services, ainsi que leurs pratiques et actions en la matière.

Ainsi seront passés au crible les leviers et les freins perçus à la mise en place de démarches de RSE ainsi que les motivations à la base des projets initiés afin d’obtenir éventuellement un premier retour (managérial et financier) sur les réalisations effectuées.

A travers cette enquête-action soutenue par la CNSA (Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie) et l’organisme de retraite complémentaire AGIRC ARCCO , la FNAQPA souhaite s’appuyer sur les conclusions obtenues pour définir de nouvelles pistes de réflexion dans la manière d’articuler la politique de développement durable des structures avec les autres axes stratégiques du projet d'établissement ou de service, et ce en associant un certain nombre de parties prenantes (les personnels, familles et les résidents).

Dans un contexte où la France a plus besoin que jamais de disposer de structures et de services adaptés aptes à prendre en charge une population vieillissante nécessitant des actes de soins de plus en plus pointus et un soutien psychologique renforcé du fait de l’explosion des maladies neurodégénératives, cette étude-action tombe à point nommé.

 En effet, il est paradoxal de voir un secteur aussi mal aimé, secoué à répétition par des scandales certes isolés (maltraitance, coût prohibitif, non-respect des règles élémentaires de sécurité alimentaire, insalubrité, etc.) et dont l’image est quelque peu écornée auprès du grand public alors même que ces structures et services véhiculent l’essence même des valeurs essentielles à la vie humaine et en société : solidarité inter générationnelle, respect de l’individu et des familles. 

Face à la crise des vocations des personnels médicaux, la démotivation des personnels et l’image souffreteuse du secteur, il devient urgent de redonner du sens à la mission première des EHPAD et de redonner ces lettres de noblesse aux valeurs véhiculées par les EHPAD et SSIAD et à la nécessaire reconnaissance des personnels qui officient chaque jour auprès de nos ainés.

 En ce sens, la RSE apparaît comme un formidable catalyseur d’énergies et de synergies positives au service du développement durable et de l’économie sociale et solidaire.

Pour autant les premiers résultats de l’étude sur une base de 12,5% de répondants montrent que seuls 41% des dirigeants interrogés déclarent avoir initié une démarche de RSE dans leur établissement.

Dans l’attente des résultats complets de cette étude, il semble opportun de noter que la RSE reste encore méconnue de nombre d’établissements preuve de la nécessité d’une acculturation sur le sujet dans le secteur.

Nul doute que la RSE va s’inscrire progressivement dans les préoccupations premières des dirigeants de ces structures et services dès lors où l’ensemble des parties prenantes comprendront l’intérêt et les opportunités générées par une démarche RSE.

Nous reviendrons en détail sur cette étude dans un prochain billet de blog.